Se construire à travers l’histoire : visite du Mémorial de la Shoah et du Mont Valérien

Dans le cadre d’un projet annuel en lien avec le programme d’histoire, les élèves des classes de première TISEC1, TMA et TMSEC se sont rendus au Mémorial de la Shoah dans le 4 ème arrondissement de Paris. A notre arrivée, ils ont pris quelques minutes pour découvrir l’Allée des Justes qui commémore les Justes parmi les nations, ces personnes qui ont aidé les Juifs durant la Seconde Guerre Mondiale.

Puis, notre guide a présenté le Mémorial de Shoah aux élèves : un lieu de mémoire du génocide juif ainsi qu’un lieu de recueillement pour les familles des personnes décédées qui viennent déposer une pierre ou une bougie au pied du Mur des Noms.
Le Mur des Noms va être l’objet de travaux, en effet, les élèves ont constaté qu’on voyait des noms effacés et ont questionné notre guide à ce sujet. Nous avons appris que ces noms ont été effacés en raison de fautes d’orthographe. Durant les rafles, les noms de certaines personnes ont été mal orthographiés, les membres de leur famille ont ainsi fait remarquer ces erreurs. Les noms ont alors été effacés puis réécrits sur une autre partie du mur. Le but des futurs travaux sera de faire un nouveau mur sans aucune erreur dans les noms des personnes déportées. L’inauguration du Mur des Noms aura lieu en janvier 2020.

La visite du Mémorial a permis aux élèves d’en apprendre davantage sur la période 1940-1944, et notamment sur l’arrivée au pouvoir du Maréchal Pétain et sur les conditions de vie difficile des Juifs avec la mise en place de lois antisémites sous le Régime de Vichy, leur interdisant notamment de posséder un poste radio, de fréquenter les lieux publics, d’accéder aux emplois de la fonction publique ou encore les obligeant à faire leurs courses à des horaires précises.

L’après-midi a été consacrée à la visite du Mont Valérien, fait Mémorial de la France combattante le 18 juin 1960 par le Général de Gaulle. Tous les 18 juin, une cérémonie de commémoration de l’appel du Général de Gaulle a lieu.

Cette forteresse fut le lieu où ont été exécutés un peu plus d’un millier de résistants de nationalités différentes, parmi lesquels notamment 22 membres du groupe Manouchian, dont nos élèves avaient souhaité parler avec notre guide.
Nous avons également pu nous rendre dans la Crypte du Mont Valérien. Cette crypte a été créée à l’initiative d’Henri Frenay, alors ministre des Prisonniers, Déportés et Réfugiés les 10 et 11 novembre 1945. Les corps de 16 combattants sont déposés dans cette crypte. On peut voir cette inscription « Nous sommes ici pour témoigner devant l’histoire que de 1939 à 1945 ses fils ont lutté pour que la France vive libre ».
Les dépouilles symbolisent la France au combat de 1939 à 1945 et les divers aspects de la lutte engagée : les soldats de la campagne de 1939-1940, ceux des Forces françaises libres, les résistants de l’intérieur, et les combattants de l’armée de Libération. Une résistante déportée est également choisie pour évoquer le martyr de la déportation.
Une 17e place est réservée pour inhumer le dernier des 4 Compagnons de la Libération encore en vie.
Notre visite s’est poursuivie dans la clairière de la forteresse du Mont Valérien, lieu particulièrement émouvant, c’est à cet endroit qu’ont eu lieu les exécutions des résistants de 1941 à 1944.
Cette visite a particulièrement touché nos élèves, qui n’ont pas hésité à questionner et à échanger avec notre guide.

Les commentaires sont fermés.